La cosmétique minimaliste pour consommer moins mais mieux

La cosmétique minimaliste pour consommer moins mais mieux

Le mouvement Slow Cosmétique promeut depuis 2012 une routine de beauté plus simple, avec des produits peu transformés, nobles et polyvalents. Cette approche minimaliste est à la fois positive pour l’environnement et la santé, mais aussi pour le portefeuille !

Petit tour d’horizon des dégâts causés par la surconsommation de produits de beauté, et les alternatives soutenues par le mouvement Slow Cosmétique.

Frénésie d’achats au rayon beauté : quelles conséquences ?

  • écologie : production polluante / transports / déchets
  • santé : effets cocktail / peau et santé mis à mal
  • moral : zapping + encombrement = perte sens et confiance en soi
  • porte-monnaie : dépenses croissantes

    Copyright illustration : Scarlatine

Pour alimenter les rayons cosmétiques conventionnels de nos magasins, il faut des quantités astronomiques de matières premières (souvent des dérivés pétrochimiques polluants) et cela génère autant de déchets ensuite chez le consommateur (pots et bouteilles, mais aussi plastiques liquides versés sous la douche…). L’environnement est donc la première victime de nos achats compulsifs, car il en souffre à chaque étape : production, utilisation et rejet final.

Mais notre santé est également en jeu lorsque nous consommons une dizaines de cosmétiques différents chaque jour pendant toute une vie. Si chaque produit est considéré comme inoffensif pour notre santé par les autorités de contrôle sanitaire, l’effet cocktail généré par leur utilisation croisée et cumulée est lui totalement méconnu. En effet, chaque individu additionne dans sa vie une quantité différente de cosmétiques, dans des combinaisons imprévisibles, alors comment savoir quels effets cela entraîne à long terme, sachant que l’on soupçonne certains ingrédients récurrents dans les cosmétiques conventionnels d’avoir des effets perturbateurs endocriniens ou cancérigènes ?

Pire, l’accumulation de cosmétiques entraîne un zapping permanent, où l’on n’est jamais sûr d’avoir LE bon produit, le plus efficace, le plus adapté, le plus en vogue, bref, on y perd son repères et sa confiance en soi, le comble dans l’univers cosmétique qui est justement supposé nous aider à la booster ! Ajoutons à cela l’encombrement fatal de nos placards de salle de bains et les sommes folles ainsi dépensées, et on frise l’absurde, entre gaspillage quotidien et pouvoir d’achat en berne…

Pourquoi le mouvement Slow Cosmétique promeut le minimalisme ?

Le mouvement Slow Cosmétique, et son parrain Julien Kaibeck à travers ses livres, militent auprès des consommateurs pour un retour à l’essentiel dans la salle de bains. À travers chaque intervention média, ou dans des conférences, ateliers, etc., le mouvement Slow Cosmétique incite à adopter une routine simple mais adaptée à ses besoins, avec des produis bruts et polyvalents, pour éliminer le superflu (ingrédients polémiques, multiplicité de flacons, dépenses incessantes…) en privilégiant la qualité de la matière elle-même, obtenue de préférence grâce à un savoir-faire artisanal, dans le respect de la nature et des hommes qui l’ont produit. Cette valorisation du travail passionné de la terre et des plantes est d’ailleurs au cœur du mouvement Slow Cosmétique, qui soutient activement de nombreux artisans vraiment engagés avec sa récompense participative, la Mention Slow Cosmétique (voir la liste des marques lauréates ici).

Le minimalisme permet donc d’agir chaque jour dans sa salle de bains pour un impact écologique, sanitaire et humain positif à tous les niveaux. Mais concrètement, qu’est-ce que cela implique ?

Slow Cosmétique minimaliste, mode d’emploi

La peau et les cheveux ont des besoins simples et universels, et on peut y répondre très facilement avec peu d’ingrédients à la fois nobles et accessibles, qu’on utilisera de multiples façons en les combinant entre eux ou en y ajoutant des ingrédients basiques de la cuisine (sucre, miel, citron…), le principe étant toujours de penser minimalisme, à savoir « moins = mieux ».

Concrètement, voici les étapes pour adopter une routine beauté minimaliste :

  1. Définir son type de peau et les produits adaptés
  2. Apprivoiser les basiques de la beauté Slow pour les utiliser au mieux :
    – Les huiles végétales, pourquoi et comment les utiliser
    – Les hydrolats, stars de la Slow Cosmétique
    – Les huiles essentielles, actifs cosmétiques bienfaisants
    – L’argile, grande prêtresse de la peau 
    – Le gel d’aloe vera, le couteau suisse de la beauté
  3. Acheter ces essentiels en direct des producteurs engagés et les utiliser avec créativité pour ne rien gaspiller 😉

Rendez-vous dans la Boutique des Artisans engagés du réseau Slow Cosmétique pour voir la sélection des basiques minimalistes recommandés par le mouvement Slow Cosmétique.

Comments are closed.