Les Françaises veulent du naturel : étude IFOP

Les Françaises veulent du naturel : étude IFOP

Début juillet 2020, l’Association Slow Cosmétique a mené une grande campagne auprès des médias pour communiquer sur l’axe « moins mais mieux » en cosmétique.

L’Association avait au préalable mandaté l’IFOP en juin pour enquêter auprès des Françaises quant à leurs habitudes en matière de cosmétique et plus particulièrement de maquillage. Dans un contexte social chamboulé par la crise sanitaire du Covid-19, les tendances qui se sont dessinées montrent que le retour au naturel et à la simplicité prennent de l’ampleur en France. Des valeurs portées avec force par la Slow Cosmétique, plus que jamais en accord avec son époque.

No make-up/slow make-up : quand moins rime avec mieux

En juin 2020, le nombre de Françaises se maquillant quotidiennement est deux fois plus faible qu’en 2017 (21% contre 42%). Chez les jeunes de moins de 30 ans, cette tendance est encore plus marquée : 53% affirment se maquiller moins qu’avant la crise sanitaire.

Le port du masque et le télétravail ont bouleversé les gestes des Françaises, mais aussi leurs critères d’achat. Ainsi, le confinement a été l’occasion, pour les Françaises qui se maquillent régulièrement, de revoir leur consommation de cosmétiques, en privilégiant des produits naturels (53%) et des cosmétiques
maison ou issus de producteurs locaux (34%). Parmi les principaux moteurs de cette dynamique : le souhait d’améliorer la qualité de sa peau (50%) et la volonté de revenir à un visage naturel dépourvu de produits chimiques
(48%), surtout chez les jeunes de moins de 25 ans.

Voir la présentation complète de l’enquête ici.

Des relais médiatiques forts

De nombreux médias se sont fait l’écho des tendances soulignées par cette enquête, soulignant ainsi la prédominance de ces thèmes dans l’espace public. Parmi eux :

Comments are closed.